Les enjeux du nouveau diagnostic de performance énergétique

Le 1er juillet 2021, le diagnostic de performance énergétique ou DPE connait une évolution grandiose. Le document vous informe de la consommation d’énergie de votre maison ainsi que de ses émissions de gaz à effet de serre.

Même si plusieurs règlementations ont été déjà pratiquées, nombreuses sont aussi les rectifications à prendre en considération.

Si vous ne savez pas grand-chose sur la question, cet article est d’une grande utilité vous apportant des informations importantes. Mais pour mieux éclaircir le sujet, il convient de récapituler les essentiels à retenir sur le DPE

Ce qu’il faut comprendre sur le DPE

Il existe plusieurs points à maitriser si vous souhaitez vous lancer dans le secteur immobilier. Le diagnostic de performance énergétique en fait partie.

Lors des travaux de rénovation, beaucoup de questions se posent : comment refaire étanchéité façade ? Sinon, qui contacter pour appliquer l’hydrofuge toiture ?

Même si ces travaux semblent sans doute nécessaires, l’amélioration énergétique d’une maison contribue beaucoup à rehausser sa valeur.

Lors d’un projet de location ou vente des logements, la présentation d’un document intitulé DPE ou diagnostic de performance énergétique est obligatoire en France métropolitaine.

Équivalent du PEB en Belgique, il figure parmi les dossiers de diagnostic technique. Il sert à mettre au courant le locataire ou le futur propriétaire de la dépense d’énergie de l’habitat sur le chauffage, la production d’eau chaude sanitaire et bien d’autres.

Grâce à cette information, l’acquéreur saura au préalable à quel type de logement ou d’appartement il a affaire.

Quelles sont les corrections effectuées dans ce nouveau DPE ?

Tout comme la RT 2012 qui est remplacée par la Règlementation thermique 2020, le DPE connait aussi un programme de reformes en juillet 2021.

Nombreuses sont les exigences à appliquer pour que le nouveau DPE soit plus complet, efficace, transparent et fiable.

Afin d’y parvenir, le DPE rénove le mode de calcul de la consommation d’énergie et du taux d’émission de gaz à effet de serre d’un logement.

Il faut présenter dans le document l’estimation théorique des factures d’énergie et la classe climat.

On peut aussi y trouver des informations supplémentaires à savoir la suggestion des travaux de rénovation énergétique pour obtenir une classe énergie performante.

Le propriétaire a le devoir de communiquer des renseignements exacts. En cas de données erronées, il assume toute responsabilité. Le locataire ou l’acheteur peut le poursuivre pour cela.

Le DPE présente également de nouvelles classes énergétiques. La détermination des étiquettes ne dépend plus seulement de la dépense d’énergie primaire, mais aussi de l’empreinte carbone du logement.

Quelles sont ses impacts pour les propriétaires ?

Depuis l’application du nouveau DPE, beaucoup de propriétaires se préoccupent de ses conséquences sur la valeur de leurs biens immobiliers.

Selon le dispositif, ils doivent indiquer dans les annonces le montant des consommations annuelles non seulement pour le chauffage, mais aussi pour la ventilation, la climatisation, la production d’eau chaude sanitaire et l’éclairage.

À cet effet, les acheteurs reçoivent des informations complètes sur la performance énergétique du logement. En plus, le mode de calcul devient plus transparent avec le nouveau DPE. Cela leur offre plus d’assurance dans leur projet d’acquisition ou de location.

 Ils priorisent un bien leur conférant un confort thermique optimal. Aussi, ils préfèrent un logement qui consomme moins d’énergie. Si votre maison remplit toutes ces conditions, vous trouverez plus rapidement un locataire ou acquéreur potentiel.

Un habitat avec une étiquette A, B, C ou D est classé comme un bien de qualité. Par contre, si le vôtre jouit d’une étiquette F ou G, le futur acheteur a le droit de vous réclamer une rénovation énergétique. Autrement, une négociation de prix de vente ou de baisse du loyer est inévitable.

Quelle est la différence entre le nouveau DPE et l’ancien DPE?


Une nouvelle méthode de calcul est applicable avec le récent dispositif. Celui-ci met aussi à jour l’étiquette de A à G comprenant les émissions de gaz à effet de serre et la consommation énergétique.

Comment louer avec le nouveau DPE ?


Il est conseillé de se fier aux indications dans ce document. Si le propriétaire y ajoute des informations erronées, le locataire a la possibilité de se tourner contre lui. Il peut exiger des travaux de rénovation énergétique.

Que se passe t’il si on ne fait aucun travaux avec le nouveau DPE ?


Dans ce cas, la chance de dénicher un plus gros acheteur parait mince, voire nulle. Les faux diagnostics peuvent devenir opposables juridiquement par le propriétaire. Le futur acquéreur est autorisé à  effectuer un nouveau DPE de l’immeuble. Si l’étiquette ne correspond pas, il gagne une compensation.

Laisser un commentaire